La dynamique citoyenne est lancée en Val-de-Marne

 

« On se croirait en 2005 pour la campagne contre le traité constitutionnel » ; « il y avait longtemps qu’on n’avait pas parlé du fond comme on l’a fait ce soir à propos de la crise financière » ; « on a soif de décrypter ce que l’on entend à la télé », « nous les jeunes, les politiques ne nous écoutent pas…», « Il faut être de plus en plus nombreux, aller à la rencontre des habitant-e-s, des salarié-e-s », voilà quelques paroles de ce qu’on peut entendre dans les assemblées ou collectifs citoyens constitués à l’initiative du Front de Gauche, en Val-de-Marne, comme partout en France.

Il faut que les citoyens s’approprient le débat politique.

Il faut que toutes celles et tous ceux qui ne veulent pas se résigner face à l’offensive de démolition de Nicolas Sarkozy et de la droite prennent la parole et s’engagent sans attendre le jour du vote pour construire une vraie  alternative à gauche.

A ce jour, dans le Val-de-Marne, vingt deux Assemblées Citoyennes se sont réunies ou vont le faire incessamment. Le mouvement se poursuit. Elles rassemblent bien au delà des militante-s, des partis et mouvements constitutifs du Front de Gauche ; s’y retrouvent, en effet, des membres d’associations  locales, des syndicalistes, des citoyennes et des citoyens de toutes générations avec de nombreux jeunes. Sont d’ores et déjà programmées des séances d’éducation populaire sur la dette, des discussions sur le programme du Front de Gauche « l’Humain d’abord », des participations à des luttes locales sur  l’éducation, sur la protection  sociale ou sur la santé, ou sur toute autre injustice ou inégalité et des échanges sur le terrain pour parler avec toutes  celles et tous ceux qui se sont éloignés de la politique.

Sans attendre, le Front de Gauche du Val-de-Marne invite les personnes intéressées à se joindre à cette dynamique citoyenne ouverte et à se signaler à :
assemblees-citoyennes.fg94@gmail.com

Il leur sera indiqué les prochaines activités des collectifs situés dans leur ville avec les coordonnées des initiateurs de ces assemblées.

Le 6 décembre 2011
Le Front de Gauche 94

Contacts : Robert SPIZZICHINO au 06 07 81 38 84 et Medhi MOKRANI au 06 76 82 10 28

Télécharger le communiqué de presse

Le dynamique citoyenne est lancée en Val-de-Marne

Conférence/débat du Parti de Gauche 94 – « La Laïcité, notre bien commun »

Le vendredi 2 décembre à 19h30, à Ivry sur seine (94), Salle Robespierre, au 2 rue Robespierre, Métro Mairie d’Ivry, le Parti de Gauche 94 organise une initiative sur la laïcité qui se déroulera sous forme de conférence/débat.

Alors que la laïcité est attaquée de toute part, sans stigmatisation d’aucune sorte, il semble opportun de procéder à une véritable clarification y compris à gauche. Plus que jamais la laïcité est aujourd’hui un combat qui s’inscrit dans l’égalité homme/femme, les citoyens sont tous égaux dans la République, qui plus que jamais est une et indivisible. Nous devons réaffirmer avec force notre opposition à la tentative du FN de récupérer notre étendard. La campagne présidentielle va permettre le débat du « vivre ensemble » et la forme que cela peut prendre. La République laïque doit dispenser un enseignement laïc. L’universalisme doit nous guider.

Vous trouverez ci-dessous le détail du déroulement de la soirée.
Un buffet est prévu à l’issu du débat.

Pour plus de facilités pour les organisateurs, merci de renvoyer un mail qui indique que vous serez bien présent ce soir là, avec vos coordonnées (mail, téléphone) et si vous êtes disponible pour participer à l’organisation.
Merci d’envoyer vos réponses par mail au : pgauche.ivry@orange.fr

Fraternellement.
p/o la coordination départementale du PG94 / Mourad TAGZOUT et Dominique LO  FARO

 

Conférence/Débat du 2 décembre 2012 à 19h30

                                             La Laïcité, notre bien commun                                                  « La laïcité instrument républicain des libertés individuelles, de la mixité, et de l’égalité des droits »

INTERVENTIONS DE LA SOIRÉE

 1- Expérience de terrain en banlieue parisienne

Mimouna Hadjam responsable de l’association AFRICA 93 qui développe depuis 1987 des actions de solidarité (alphabétisation, soutien scolaire, médiation) avec les populations du 93 (siège au cœur de la cité 4000) et aussi des initiatives culturelles et politique (droit des femmes, solidarité internationale …). Mimouna est clairement engagée dans le combat pour le droit des femmes, contre l’obscurantisme. Elle est également membre du comité national de campagne du Front de Gauche

 2- Expérience internationale résistante iranienne

Azar Majedi dirigeante de l’Organisation pour la libération des femmes en Iran et du Parti d’unité du communisme ouvrier d’Iran. Elle lie le combat pour la laïcité  avec les combats pout l’égalité homme/femme et pour la justice sociale.

 3- Expérience de terrain élue du Front de Gauche

Pascale Le Néouannic, Conseillère régionale, Présidente du groupe Front de Gauche & Alternatifs à la Région Ile-de-France, Secrétaire nationale du Parti de Gauche en charge des Libertés, de la Laïcité et des Institutions qui vient de publier un livre intitulé «petit manuel de laïcité à usage citoyen»

 

 

Télécharger l’invitation

Conférence/débat sur la laïcité – Vendredi 2 décembre à Ivry


Bénisti, récidiviste classé à « haut risque »

En 2005, M. Bénisti, député maire UMP de Villiers-sur-Marne, affirmait dans un rapport que les « prémices de la déviance » pouvaient et devaient être détectées avant l’âge de 3 ans. Hier, il récidivait en affirmant que pour réduire la délinquance, il fallait « intervenir dès les premiers signes de mal-être des enfants, un suivi longitudinal depuis le dernier cycle de maternelle  [pouvant] éviter les dérives ».

Honte à ceux qui comme le député Bénisti nient la vision émancipatrice du savoir ! Honte à ceux qui méconnaissent à ce point la psychologie de l’enfant et de la personne ! Quel mépris du travail des enseignants ! M. Bénisti est en la matière l’un des fers de lance de ce gouvernement qui supprime en masse les postes d’enseignants et de RASED, personnes indispensables dans la construction d’un enfant.

La semaine dernière déjà, le gouvernement proposait d’évaluer les enfants en fin de maternelle (5 ans) selon trois catégories aussi grossières que « rien à signaler », « à risque » et à « haut risque ». Voilà comment ce gouvernement conçoit l’école et plus largement l’être humain : dès le plus jeune âge nous serions prédestinés, aucune évolution n’est possible et l’éducation n’est là que pour faire du recadrage et compartimenter les élèves. C’est là le choix d’une société de stigmatisation et de compétition à laquelle les enfants seraient confrontés dès leur plus jeune âge et un dévoiement de l’actuelle école maternelle où l’apprentissage n’est pas sanctionné.

Le Parti de Gauche réaffirme que l’école maternelle est un lieu où l’enfant s’épanouit en se confrontant à la socialisation, en sortant du seul cadre qu’il connaissait, la famille.  Que M. Bénisti et ses acolytes soient prévenus : ils trouveront sur leur route le Front de Gauche pour leur opposer avec les personnels, les syndicats, les parents d’élève la seule politique qui vaille :  l’Humain d’abord.

 

Le Parti de Gauche 94.

Chevilly-Larue, 18 octobre  2011

Télécharger le communiqué de presse

Bénisti, récidiviste classé à « haut risque »

Marche Interluttes du Val-de-Marne

Plusieurs centaines de manifestants ont participé à la 1ère marche Interluttes du val de marne samedi 8 octobre pour :

  •    – dire non à la régression sociale et à l’austérité

   – exiger le droit de vivre dignement, de se soigner, de se loger …

   – construire ensemble – travailleurs avec ou sans emploi – français ou immigré – du secteur privé ou public, une solidarité forte. Résistance à toutes les régressions  et revendications étaient étroitement liées.

L’Humain d’abord était au coeur des manifestations du Val de Marne et de Paris place de Stalingrad.

La Parti de gauche du Val de Marne était représenté par Bertrand Potier, adjoint au maire de Vitry sur Seine, André Deluchat, adjoint au maire de Chevilly-Larue, co-secrétaire du PG 94, Martine Lachaud, co-secrétaire du comité Marne & Seine, Odile Delonca, co-secrétaire du comité Coeur de Marne ainsi que des militant-e-s du comité Marne & Seine.

Le cortège du Val de Marne a rejoint la manifestation à Paris. 2000 personnes ont participé avec les organisations de chômeurs.  Le  Parti de Gauche était notamment représenté par Martine Billard, co-présidente.

 

Chevilly-Larue, le 10 octobre 2011

 

André  Deluchat

co-secrétaire du PG94

 

Télécharger le communiqué de presse

Marche Interluttes du Val-de-Marne.

Laurent Ziegelmeyer rejoint le Parti de Gauche

Laurent Ziegelmeyer, conseiller municipal délégué en charge de la démocratie participative à Choisy-le-Roi, siègera à partir du prochain conseil municipal du 5 octobre, sous l’étiquette du Parti de Gauche.

Membre du Parti Socialiste, Laurent Ziegelmeyer avait, depuis les élections européennes de 2009, manifesté son désaccord avec la ligne politique portée par le PS. Il avait notamment marqué son incompréhension devant l’ambiguïté du PS sur la réforme des retraites ce qui l’avait conduit à soutenir publiquement lors des dernières cantonales la démarche du Front de Gauche.

Connu pour ses engagements syndicaux et internationalistes, Laurent Ziegelmeyer a également largement fait la preuve de ses convictions écologiques. C’est aussi pour la planification écologique, qui assure le lien entre la nécessaire transformation sociale et la rupture avec le productivisme, qu’il rejoint aujourd’hui le Parti de Gauche.

L’arrivée de Laurent Ziegelmeyer au Parti de Gauche s’inscrit pleinement dans la dynamique du Front de Gauche autour de la candidature unitaire de Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle. Il oeuvrera désormais à faire vivre le Front de Gauche sur Choisy-le-Roi pour porter la révolution citoyenne qu’il appelle de ses vœux.

 

                                                                                     Choisy-le-Roi, le 4 octobre 2011

 

Laurent ZIEGELMEYER

François COCQ

 

Télécharger le communiqué de presse

Laurent Ziegelmeyer rejoint le Parti de Gauche

Résultats des élections sénatoriales

COMMUNIQUE DE PRESSE du PG 94

Avec 52 % des grands électeurs du Val de Marne, la gauche remporte 4 sièges de sénateurs sur 6. Nous nous en félicitons. Notre décision privilégiant la démarche unitaire a contribué à ce résultat. C’est un siège historique qui est remporté dans notre département même si le Parti de Gauche se voit bien mal récompensé de ses efforts en étant éradiqué du Sénat par la volonté de ceux-là même pour qui nous avons, en responsabilité, appelé à voter.

C’est dans notre département comme ailleurs une défaite de la droite qui voit ainsi son audience s’effriter y compris dans un corps électoral qui est loin de représenter l’exaspération de la majorité du peuple qui souffre d’une politique libérale qui privilégie la classe des plus riches.

C’est un premier résultat pour la gauche et un coup d’épaule qui fera basculer la majorité actuelle du Sénat.

Pour autant, nous ne saurions nous satisfaire d’une telle élection qui a vu la gauche nier sa diversité qui est pourtant sa principale force. Plus que jamais, face à des élections au second degré qui sont le fruit de combinaisons politiques, les citoyens doivent avoir la parole. C’est ce que nous comptons
faire afin que les échéances de 2012 remettent les pendules à l’heure.

Fait à Créteil le 25 septembre 2011 à 18 heures

Contacts : Delphine Fenasse & André Deluchat, co-secrétaires.

 

Télécharger le communiqué de presse

Résultats élections sénatoriales

C’est la rentrée, l’heure pour l’Education Nationale de passer à la caisse des réformes

 

 

Une situation catastrophique

Septembre : l’année recommence, c’est un nouveau départ, de nouveaux camarades, de nouveaux professeurs enseignant une orientation choisie, une année pleine de promesses qui s’ouvre devant les élèves et leurs parents, voilà ce que devrait être la rentrée scolaire. Seulement, les conséquences des réformes mises en œuvre par Xavier Darcos puis Luc Châtel au sein de l’Education Nationale et dont nous avertissent les syndicats enseignants et les associations de parents d’élèves depuis de nombreux mois se font sentir avec une force particulière en cette année 2011.

La situation est catastrophique aux dires de bien des professionnels du secteur. Année après année, loi après loi, l’ensemble du système de l’école Républicaine est remis en cause : son objectif de formation citoyenne est menacé par les attaques méthodiques de ses fondements idéologiques et organisationnels.

 

16 000 suppressions de postes en 2011

Ainsi, bon élève du gouvernement, le ministère de l’Education Nationale suit à la lettre la règle du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux : cette année ce sont 16 000 postes qui sont supprimés alors même que le nombre d’élèves est en augmentation. Nous y reviendrons.

Cette mesure quantitative a des effets mécaniques immédiats sur les conditions d’accueil des élèves de la maternelle au lycée. En effet, la baisse du nombre de professeurs entraîne des fermetures de classes, celles qui restent doivent accueillir des élèves en surnombre, diminuant d’autant l’attention portée à chaque élève par les enseignants qui subissent autant que les élèves cette détérioration de leurs conditions de travail. Avec les fermetures de classes, se multiplient les emplois du temps éclatés : la proportion de professeurs exerçant sur plusieurs établissements ne cesse d’augmenter  et les chefs d’établissements doivent établir les emplois du temps en tenant compte de ceux de 5 ou 6 autre établissements.

 

L’éducation prioritaire sur la pente sécuritaire

L’éducation prioritaire, c’est-à-dire la mise à disposition de moyens supplémentaires dans les établissements recevant un public socialement et économiquement défavorisé, en prend aussi pour son grade en cette rentrée 2011. Les RAR (Réseau Ambition Réussite) sont à peine en place depuis 6 ans, avec des réussites diverses, que la droite décide de généraliser après seulement un an d’expérimentation une nouvelle réforme de l’éducation prioritaire : le dispositif ECLAIR (Ecoles, Collèges, Lycées pour l’Ambition, l’Innovation et la Réussite).

Issu des Etats généraux de la violence à l’école, ce dispositif sans moyens supplémentaires illustre parfaitement l’ordre sécuritaire que souhaite imposer le gouvernement jusqu’auprès de nos enfants. Ainsi, les réponses apportées aux difficultés liées à la situation sociale des élèves de la République sont principalement envisagées sous l’angle du traitement de la violence scolaire. La création de la fonction de préfet des études chargé de la cohérence des pratiques, du respect des règles communes et de l’implication des familles, la possibilité pour le chef d’établissement de recruter des enseignants sur profil avec affectation minimale de 5 ans, ainsi qu’une relative autonomie pédagogique complètent ce dispositif. Il y a pire : de nombreux établissements auparavant classés en éducation prioritaire dans le dispositif RAR ne le sont plus dans le dispositif ECLAIR.  Que vont devenir les élèves ? Comment parler d’ambition pour l’Ecole quand une fois de plus on supprime des moyens pour ceux qui en ont le plus besoin ?

 

Et ce n’est pas tout!

On peut allonger la liste des mesures délétères  à l’infini : fin de la formation des enseignants (pour la 2ème année consécutive des enseignants sortant de master2  vont accueillir des classes à temps plein dès la rentrée), suppression des postes d’Assistants d’Education et Emplois de Vie Scolaire dans le primaire et fin des contrats aidés dans tous les degrés, poursuite des suppressions de postes en RASED (Réseaux d’Aides Spécialisées aux Elèves en Difficulté, qui accompagnent individuellement les élèves et sont composés d’enseignants spécialisés dans les difficultés d’apprentissage, d’autres traitant des difficultés d’adaptation à l’école et de psychologues), baisse drastique du taux de scolarisation des enfants de 2 ans alors même qu’on sait qu’elle est un facteur de diminution des inégalités scolaires.

Le Val-de-Marne n’échappe pas à la situation nationale

Alors que le 5 septembre 228 000 élèves font leur rentrée dans les écoles, collèges et lycées du département, des professeurs manquent dans la quasi totalité des établissements. Au total 571 postes d’enseignants sont supprimés dans l’Académie alors que le nombre d’élève est en augmentation. 1400 élèves supplémentaires sont attendus dans le Val-de-Marne rien que pour le primaire et le collège. Les responsables syndicaux dénoncent des nominations non faites et la précarité à outrance des enseignants. Les classes sont surchargées avec des moyennes de 29-30 élèves par classe au collège et au lycée. Pratiquement plus un enfant ne peut rentrer en maternelle avant trois ans à cause des suppressions de poste. Au total près de 40 classes sont fermées dans le département. Les conséquences sont désastreuses sur la qualité de l’enseignement et les conditions de travail des élèves et des personnels enseignant et administratif.

Depuis plusieurs mois, la résistance s’organise autour des syndicats d’enseignants et des associations de parents d‘élèves, le Parti de Gauche 94 soutient les mobilisations qui se forment un peu partout dans le département depuis la semaine dernière.

Les mobilisations locales s’organisent:

A Fontenay-sous-Bois, les élus, les parents d’élèves et les professeurs ont manifesté le 3 septembre pour éviter les 4 fermetures de classes annoncées en maternelle et primaire. Lundi, jour de la rentrée, une occupation symbolique a eu lieu en présence du maire communiste.

A Vitry-sur-Seine, la communauté enseignante et les parents soutenus par le maire dans une lettre envoyée début septembre à l’Inspecteur d’Académie, réclament la réouverture d’un classe de maternelle dans une école classée en zone d’éducation prioritaire qui compte près de 27 enfants par classe, et dans un autre établissement où le nombre d’élèves par classe est de 30 exigent l’ouverture ferme d’une classe.

A Champigny-sur-Marne, faisant suite à une mobilisation et une information des parents depuis plusieurs mois, le combat pour la scolarisation des moins de trois ans continue avec un rassemblement le mardi 6 septembre devant l’inspection de circonscription pour exiger l’ouverture de classes dans 5 écoles maternelles.

 

Le Parti de Gauche soutien les mobilisations…

Ce ne sont que quelques exemples des mobilisations en cours et le Parti de Gauche 94 appelle, aux côté des syndicats, des personnels, des parents d’élèves et des élus à la mobilisation de tous et toutes pour exiger des ouvertures de classes supplémentaires, des créations de postes, et la titularisations des précaires de la fonction publique:

Tout au long du mois de septembre dans vos écoles, collèges et lycées

Et le 27 septembre lors de la grève intersyndicale de l’Education Nationale

… et développe ses propositions pour l’Éducation Nationale

L’école est l’outil de celles et ceux qui n’ont qu’elle pour se construire. Pour le Parti de Gauche la logique comptable et sécuritaire est incompatible avec la construction de l’avenir de nos enfants. Pour que la devise « Liberté, Egalité, Fraternité » apposée sur le fronton de nos écoles redevienne réalité, pour une école républicaine laïque pour tous le Parti de Gauche propose de refonder l’Education Nationale sur trois principes forts : éduquer, qualifier, émanciper.

EDUQUER

  •  Création d’un grand service public d’accueil de la petite enfance.
  • Scolarité obligatoire de 3 à 18 ans.
  • Maintien des RASED.
  • Refus d’un socle commun de compétences minimalistes et utilitaristes
  • Restauration des postes d’enseignants vandalisés par la droite depuis 2002
  • Encadrement humain renforcé pour l’ensemble de la communauté éducative par des personnels qualifiés et titularisation de tous les précaires de la fonction publique.
  • Suppression des exonérations fiscales pour les officines de cours privés.
  • Promouvoir une culture commune de haut niveau pour tous.

QUALIFIER

  • Abrogation de la réforme du bac pro 3 ans.
  • Augmentation de 50 % des moyens pour l’enseignement professionnel
  • Création d’un grand service public de l’orientation avec des conseiller-e-s d’orientation psychologue dans tous les établissements.
  • Garantie du cadre national des diplômes.

EMANCIPER

  • Fonds publics à École publique.
  • Refus de l’autonomie des établissements qui vise à créer un marché entre les établissements avec pour seule règle la concurrence libre et non faussée.
  • Démarchandiser l’Ecole.

 

Parce que la France mérite une autre vision de l’Ecole, et ses enfants plus de respect, nous soutenons résolument les luttes en cours et nous invitons la population val-de-marnaise à répondre à l’appel unitaire des organisations syndicales le 27 septembre prochain.

Limeil-Brévannes, le 7 septembre

 

Le Parti de Gauche 94

Stop à la fermeture des services publics en Val de Marne alors que la situation sociale s’aggrave

La crise est ainsi manifeste : plus de chômeurs, moins de pouvoir d’achat, plus de précarité. Cet été 45% des Français ne partent pas en vacances et 1/3 de ceux qui se rendent dans leur famille le font pour des raisons économiques : tel est le résultat d’une politique désastreuse que subissent les familles. La logique voudrait que l’on renforce les services publics et sociaux pour lesquels les besoins augmentent. Or, ce gouvernement fait tout le contraire, suivant en cela les préconisations d’austérité de l’Union Européenne ainsi que les souhaits du MEDEF qui célèbre honteusement la non augmentation du SMIC. La révision générale des politiques publiques (RGPP) imposée à marche forcée par le gouvernement se traduit par l’abandon progressif de la mission de service public rendu aux citoyens au profit de considérants économiques contraires à toute notion d’intérêt général. Après  l’école, la santé et la réforme hospitalière tous les secteurs sont concernés.

Ainsi dans le Val de Marne, durant les 2 mois d’été :

-La Poste réduit ses effectifs et supprimera des postes à la rentrée… Moins de facteurs et de guichetiers dans les 99 bureaux de poste du département mais pas de panique, le distributeur automatique de billets, de timbres, de recommandés prend la relève.

– La RATP met en place des horaires allégés avec parfois pour conséquence des temps d’attente et de transport doublés et voire triplés aux heures creuses pour les usagers qui ne trouvent en face d’eux que des guichets automatisés.

– Au Pôle Emploi, c’est le parcours du combattant dans les 18 sites du 94 où les agents en manque de formation et surchargés de travail se renvoient la patate chaude faute des moyens matériels d’effectuer leur mission de service public.

– La CPAM ferme les uns après les autres ses points d’accueil en totalité ou partiellement pour n’en laisser substituer à terme que 6 à 8 dans tout le département.

– La CAF ferme 13 points d’accueil sur 16 durant ces vacances ce qui laisse présager que bon nombre des sites risquent d’avoir le même sort que les points d’accueil de la sécurité sociale, alors même que les besoins des habitants sont en hausse.

La politique gouvernementale conduit à une remise en cause pure et simple des services publics. Pour un département de 1,3 million d’habitants fermer totalement ou partiellement des services publics  et sociaux essentiels à la population est une atteinte à la personne humaine et au vivre ensemble. La réduction des coûts de fonctionnement sur le dos des usagers est inacceptable.  En Val-de-Marne le trop plein est atteint et bientôt nos villes n’auront plus que le fronton des mairies comme lien public.

Des collectifs très larges agissent pour empêcher cette casse. Les États Généraux du Service Public qui se sont tenus en Val de Marne ont acté, dans un pacte, l’ambition de remettre le Service Public au cœur d’une Refondation Sociale, au centre du débat public.

Nous soutenons les salariés et leurs organisations syndicales qui agissent pour remplir correctement leur mission dans l’intérêt du plus grand nombre.

Présent dans les luttes et les débats pour porter l’exigence de renforcer le service public existant et de l’élargir dans tous les domaines essentiels à la vie de l’individu, le Parti de Gauche fera des propositions et mettra toute son énergie pour stopper cette politique indigne du gouvernement.

 

Chevilly-larue, 29 juillet 2011

Le parti de Gauche 94

Télécharger le communiqué de presse

Stop à la fermeture des services publics dans le Val-de-Marne alors que la situation sociale s’aggrave

Pour le maintien pérenne de la chirurgie cardiaque à Mondor : substituer des critères humains au choix de la rentabilité

 

La course à l’abîme a été freinée. Sa trajectoire n’a pour autant pas dévié.

Certes, la formidable mobilisation et les 100.000 signatures de la pétition pour le maintien de la chirurgie cardiaque à Henri Mondor ont permis dans un premier temps de retarder la décision de fermeture. Dernièrement l’Agence Régionale de Santé (ARS) a également annoncé la poursuite des greffes cardiaques jusqu’en mars 2012.

Pour autant, le recul enregistré ne  laisse entrevoir aucune issue positive au terme du délai que s’est donné l’ARS dès lors que les considérants fixés au départ par le gouvernement ne sont pas remis en cause.

Pour le gouvernement et l’ARS, la réduction du coût économique est un dogme intangible. Conséquence, il faudrait fermer une unité de chirurgie cardiaque sur les quatre que compte l’Ile-de-France (Bichat, La Pitié Salpêtrière, G. Pompidou, H. Mondor). Selon la grille de lecture de ces décideurs, Henri Mondor serait la moins « rentable » et son sort serait déjà scellé.

Foutaises ! Au delà du « sabotage » interne du service maintenant résolu, de nouveaux critères doivent être pris en compte. Ils doivent intégrer la notion de territorialité avec la densité de population et la décentralisation des unités hospitalières de haute technologie sur tout le territoire francilien.

Ces arguments pour l’égalité territoriale et l’accès de toutes et tous à une offre de soins publique de qualité sont le fil conducteur toutes les mobilisations des personnels et de leurs organisations syndicales, des élus, des associations et des partis politiques et des citoyen-ne-s.

Il s’agit donc de maintenir la mobilisation afin que le rapport annoncé de l’IGAS au mois d’octobre tienne compte des critères humains et  territoriaux, du potentiel de l’ensemble du centre hospitalier universitaire.

Si telle n’était pas la voie suivie par les décideurs que sont le gouvernement et l’ARS, nous affirmons dès maintenant que la date de poursuite jusqu’en mars 2012 n’est pas politiquement fortuite. Le Parti de Gauche ne transigera pas sur ces questions avant comme après les échéances électorales de l’année qui vient.

Le Parti de Gauche appelle à ne pas baisser la garde et à agir afin que les exigences des populations soient prises en compte. Pour empêcher une décision couperet en mars 2012 et pour enraciner la chirurgie cardiaque à Mondor, dans le Val-de-Marne.

Parti de Gauche 94

Chevilly-Larue, 2 août 2011

Télécharger le communiqué de presse

Pour le maintien pérenne de la chirurgie cardiaque à Mondor : substituer des critères humains au choix de la rentabilité

Pour le maintien d’un service public de proximité de sécurité sociale

Dans le Parisien du 12 juillet 2011, la CPAM du 94 annonce, sur une page entière, les nouveaux horaires d’été des points d’accueil de l’Assurance Maladie dans le Val-de-Marne. Sur 30 points d’accueil, 6 sont totalement fermés au public et 17 sont fermés 1 à 3 jours dans la semaine. Au final, uniquement 7 points d’accueils sur 30 restent ouverts tous les jours avec parfois des journées d’accueil seulement sur rendez-vous.

Cette nouvelle organisation estivale entérine la politique du gouvernement et la stratégie de l’Assurance Maladie pour la rentrée : fermeture de plusieurs points d’accueil.

C’est la confirmation d’une politique délibérée de recherches d’économies au détriment de la qualité de service de proximité. Cette politique de démantèlement des services publics se fait sans concertation avec la  population, ni avec ses élu(e)s.

La première partie de ce plan, déjà réalisée, consistait à supprimer tous les centres de sécurité sociale du département pour ne laisser que de petits accueils appelés Espace Service Information. La deuxième partie, en cours, consiste à fermer les accueils de  proximité pour les regrouper autour de quelques pôles (6 à 8 pour notre département) répartis sur 3 zones
géographiques : Ivry-sur-Seine, Boissy St Léger et Fontenay/Vincennes.

La notion de service public de proximité est donc bannie. Les assurés sociaux sont abandonnés et principalement les personnes à mobilité réduite. Au final, la sécurité sociale du Conseil National de la Résistance, mise en place à la libération, n’existera plus.

Pour le Val-de-Marne, 6 à 8 centres d’accueil, cela signifie un centre pour 150 à 200 000 habitants. Comment parler de service public aux assurés sociaux ?

Partout, le Parti de Gauche est et sera présent avec la population pour empêcher ce nouveau mauvais coup.

Fait à Chevilly-Larue, le 22 juillet 2011

Le Parti de Gauche 94

 

 

Télécharger le communiqué de presse

Pour le maintien d’un service public de proximité de sécurité sociale

%d blogueurs aiment cette page :